Des jeunes en voyage aux USA, 24 juin – 11 juillet 2019 :

Groupe de l’EREV, formé de 21 jeunes protestant·e·s (15 filles, 6 garçons) et accompagné de 9 adultes (dont le pasteur de Martigny, Pierre Boismorand et le diacre Armand Bissat).

Récit de Jonathan Beyer, ancien catéchumène de la paroisse de Crans-Montana :

Je me souviens de mon arrivée en avion à New York, et de l’excitation de voir les buildings au loin, comme dans les films. Je réalise alors être parti pour la découverte d’un nouveau monde… Comme photographe du groupe, je suis celui qui a le plus « mitraillé » pendant tout le voyage.

Pas facile de débarquer à 30 personnes avec des valises et de passer d’un métro à l’autre, depuis l’aéroport, pour rejoindre l’auberge de jeunesse dans le quartier de Broadway. Il y a du monde partout, des gens pressés… Par la suite, on s’est répartis en sous-groupes pour faciliter les déplacements, choisir ensemble les visites et aller manger. C’était plus simple que d’essayer de prendre les mêmes métros sans se perdre à 30 !

On logeait tous les garçons ensemble dans une chambre assez petite avec 6 lits. Il faut s’habituer au début. Le deuxième jour, j’étais déjà malade à cause de l’air conditionné trop fort ! Sinon on était bien, c’était confortable. Avec ce voyage, j’ai pu faire de nouvelles connaissances.

Chaque jour, on faisait des groupes aléatoirement pour faire les courses du petit-déjeuner et du repas du soir, quand on ne sortait pas manger dehors. On communiquait par what’s app, pour dire quand c’était prêt et qu’on pouvait descendre dans la salle. Le soir, on avait un moment de recueillement, avec des chants, des histoires, des partages. Et des jeux.

Quelques moments forts :

  • Times Square : on se sent vraiment tout petit et serré, il y a des affiches partout et des buildings très hauts.
  • Bénévolat avec YSOP (Youth Service Opportunities Project) : on a reçu une feuille de mission pour aller avec les bénévoles dans certains quartiers où ils aident. La première fois, il fallait servir les repas aux pauvres. Je pensais qu’on mangerait avec eux, mais on n’a pas eu de contacts, même pas le temps de manger avec eux. Par contre, le lendemain, on était à Brooklyn-Ramsen-Village, c’était super. On a vraiment été accueillis et les gens étaient contents qu’on vienne de Suisse pour les aider. On a rencontré des mariés très sympa, des pasteurs. C’était bien de se sentir utiles.

Il faut ces associations pour les défavorisés, surtout des Noirs, parce que la mentalité là-bas c’est « chacun pour soi ». Il y a peu de travail, du racisme. Dans le métro, j’ai vu un Blanc qui a serré fort son sac sur ses genoux quand un Noir s’est assis à côté de lui, par exemple…

Dans ces quartiers défavorisés, faut pas trop fixer les gens du regard, sinon ils se sentent agressés.

  • Les cultes : un dimanche, on était à la Bethel Gospel Assembly, dans l’est de Harlem. On nous a contrôlé les sacs à l’entrée. Il y avait beaucoup de musique, pop, avec des paroles religieuses. Mais c’était surtout hyper fort. J’avais mal aux oreilles quand les gens chantaient dans le micro. Et c’était bizarre, à un moment, y a eu une remise de diplôme pour des jeunes. C’était pas vraiment un culte pour moi. Ça durait 4 heures en plus ! Mais je suis sorti après une heure, c’était vraiment trop fort pour mes oreilles. Le pasteur était en costard. Une femme est venue faire un discours encourageant, elle parlait fort aussi. C’était intéressant de voir ça. Après, on s’est reposés à Central Park.

Un autre dimanche, on était là où Pierre a travaillé et habité, chez les francophones, il connaissait tout le monde. C’était au Wesley Seminary. Là j’ai trop kiffé, les chants, tout ça, c’était comme au culte ici. Ça m’a bien plu.

  • La nourriture : à Brooklyn, j’ai mangé un trop bon burger, vraiment meilleur que le Mc Do, et énorme… Mais après on en avait aussi marre des burgers, donc on a mangé parfois thaï, mexicain, oriental. Des plats trop forts aussi, ça faisait la bouche en feu, alors ils nous ont offert de l’eau. Chaque groupe avait un budget pour les repas du soir et il fallait se débrouiller.
  • Le quartier qui m’a le plus impressionné, c’est là où il y a des shoppings immenses. La vraie ambiance de New York ! J’ai pu prendre une photo avec une policière de la NYPD, elle avait une smart… Et on a aussi vu le départ des pompiers de Harlem, avec leur camion et tout. Il y avait tout le temps des sirènes.
  • On est partis à Washington avec un bus Union, les routes étaient immenses, larges. Y avait moins de monde, c’était moins pollué, l’air était meilleur et c’était plus propre qu’à New York. Mais il faisait hyper chaud ! On a vu le Capitole, qui est comme le parlement. Le jour de la fête nationale, y avait un défilé d’avions, avec un drone triangulaire immense au milieu ; le soir on était à un concert devant le capitole, avec des feux d’artifice. C’était cool. On est passés devant le bâtiment des bureaux du FBI, l’obélisque égyptien et la maison blanche aussi.
  • Les musées : musée d’histoire naturelle, avec un gros crabe des profondeurs, des méduses toute longues, et aussi de l’art à partir des déchets trouvés dans l’eau. Au musée d’art moderne, on a pris un café-frites avec Armand et Pierre… Et on était aussi au musée de l’espace, avec des vaisseaux et tout ça.
  • De retour à New York, on a pris le ferry pour aller voir la statue de la liberté et Ellis Island, là où arrivaient les immigrés et où on contrôlait les maladies, pour voir aussi s’ils étaient acceptés dans la ville ou non. Sinon, ils devaient repartir.

Pour le vol de retour, j’avais une place vide à côté de moi, c’était bien ! Mais en arrivant, on était un peu tous comme des zombies, pas bien dormi, ou regardé des films, etc. Et on a pris le train pour rentrer en Valais. Au fur et à mesure des gares, tout le monde descendait, et on n’était que trois avec Stéphanie et Céline en arrivant à Sierre. Voilà !

Commentaires fermés.